hello guest!
Member ID:  
Password:
   
Remember me
ebooks - truyên việt nam
Hector Malot » En Famille[14723] 
 
Rating: 
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  •   1.5/7 - 2 votes
    view comments COMMENTS   print ebook PRINT  
     
    PAGE OF 40
     

    En Famille

    Hector Malot

    En Famille



    TOME PREMIER

    I

    Comme cela arrive souvent le samedi vers trois heures, les abords de la porte de Bercy étaient encombrés, et sur le quai, en quatre files, les voitures s'entassaient à la queue leu leu : haquets chargés de fûts, tombereaux de charbon ou de matériaux, charrettes de foin ou de paille, qui tous, sous un clair et chaud soleil de juin, attendaient la visite de l'octroi, pressés d'entrer dans Paris à la veille du dimanche.

    Parmi ces voitures, et assez loin de la barrière, on en voyait une d'aspect bizarre avec quelque chose de misérablement comique, sorte de roulotte de forains mais plus simple encore, formée d'un léger châssis tendu d'une grosse toile ; avec un toit en carton bitumé, le tout porté sur quatre roues basses.

    Autrefois la toile avait dû être bleue, mais elle était si déteinte, salie, usée, qu'on ne pouvait s'en tenir qu'à des probabilités à cet égard, de même qu'il fallait se contenter d'à peu près si l'on voulait déchiffrer les inscriptions effacées qui couvraient ses quatre faces : l'une, en caractères grecs, ne laissait plus deviner qu'un commencement de mot :

    Hector Malot - En Famille

    celle au-dessous semblait être de l'allemand : graphie ; une autre de l'italien : FIA ; enfin la plus fraîche et française, celle-là : PHOTOGRAPHIE, était évidemment la traduction de toutes les autres, indiquant ainsi, comme une feuille de route, les divers pays par lesquels la pauvre guimbarde avait roulé avant d'entrer en France et d'arriver enfin aux portes de Paris.

    Était-il possible que l'âne qui y était attelé l'eût amenée de si loin jusque-là ?

    Au premier coup d'œil on pouvait en douter, tant il était maigre, épuisé, vidé ; mais, à le regarder de plus près, on voyait que cet épuisement n'était que le résultat des fatigues longuement endurées dans la misère. En réalité, c'était un animal robuste, d'assez grande taille, plus haute que celle de notre âne d'Europe, élancé, au poil gris cendré avec le ventre clair malgré les poussières des routes qui le salissaient ; des lignes noires transversales marquaient ses jambes fines aux pieds rayés, et, si fatigué qu'il fut, il n'en tenait pas moins sa tête haute d'un air volontaire, résolu et coquin. Son harnais se montrait digne de la voiture, rafistolé avec des ficelles de diverses couleurs, les unes grosses, les autres petites, au hasard des trouvailles, mais qui disparaissaient sous les branches fleuries et les roseaux, coupés le long du chemin, dont on l'avait couvert pour le défendre du soleil et des mouches.

    Près de lui, assise sur la bordure du trottoir, se tenait une petite fille de onze à douze ans qui le surveillait.

    Son type était singulier : d'une certaine incohérence, mais sans rien de brutal dans un très apparent mélange de race. Au contraire de l'inattendu de la chevelure pâle et de la carnation ambrée, le visage prenait une douceur fine qu'accentuait l'œil noir, long, futé et grave. La bouche aussi était sérieuse. Dans l'affaissement du repos le corps s'était abandonné ; il avait les mêmes grâces que la tête, à la fois délicates et nerveuses ; les épaules étaient souples d'une ligne menue et fuyante dans une pauvre veste carrée de couleur indéfinissable, noire autrefois probablement ; les jambes volontaires et fermes dans une pauvre jupe large on loques ; mais la misère de l'existence n'enlevait cependant rien à la fierté de l'attitude de celle qui la portait.

    Comme l'âne se trouvait placé derrière une haute et large voilure de foin, la surveillance en eût été facile si de temps en temps il ne s'était pas amusé à happer une goulée d'herbe, qu'il tirait discrètement avec précaution, en animal intelligent qui sait très bien qu'il est en faute.

    " Palikare, veux-tu finir ! "

    Aussitôt il baissait la tête comme un coupable repentant, mais dès qu'il avait mangé son foin en clignant de l'œil et en agitant ses oreilles, il recommençait avec un empressement qui disait sa faim.

    À un certain moment, comme elle venait de le gronder pour la quatrième ou cinquième fois, une voix sortit de la voiture, appelant :

    " Perrine ! "

    Aussitôt sur pied, elle souleva un rideau et entra dans la voiture, où une femme était couchée sur un matelas si mince qu'il semblait collé au plancher.

    " As-tu besoin de moi, maman ?

    - Que fait donc Palikare ?

    - Il mange le foin de la voiture qui nous précède.

    - Il faut l'en empêcher.

    - Il a faim.

    - La faim ne nous permet pas de prendre ce qui ne nous appartient pas ; que répondrais-tu au charretier de cette voiture s'il se fâchait ?

    - Je vais le tenir de plus près.

    - Est-ce que nous n'entrons pas bientôt dans Paris ?

    - Il faut attendre pour l'octroi.

    - Longtemps encore ?

    - Tu souffres davantage ?

    - Ne t'inquiète pas ; l'étouffement du renfermé ; ce n'est rien ", dit-elle d'une voix haletante, sifflée plutôt qu'articulée.

    C'étaient là les paroles d'une mère qui veut rassurer sa fille ; en réalité elle se trouvait dans un état pitoyable, sans respiration, sans force, sans vie, et, bien que n'ayant pas dépassé vingt-six ou vingt-sept ans, au dernier degré de la cachexie ; avec cela des restes de beauté admirables, la tête d'un pur ovale, des yeux doux et profonds, ceux même de sa fille, mais avivés par le souffle de la maladie.

    " Veux-tu que je te donne quelque chose ? demanda Perrine.

    - Quoi ?

    - Il y a des boutiques, je peux t'acheter un citron ; je reviendrais tout de suite.

    - Non. Gardons notre argent ; nous en avons si peu ! Retourne près de Palikare et fais en sorte de l'empêcher de voler ce foin.

    - Cela n'est pas facile.

    - Enfin veille sur lui. "

    Elle revint à la tête de l'âne, et comme un mouvement se produisait, elle le retint de façon qu'il restât assez éloigné de la voiture de foin pour ne pas pouvoir l'atteindre.

    Tout d'abord il se révolta, et voulut avancer quand même, mais elle lui parla doucement, le flatta, l'embrassa sur le nez ; alors il abaissa ses longues oreilles avec une satisfaction manifeste et voulut bien se tenir tranquille.

    N'ayant plus à s'occuper de lui, elle put s'amuser à regarder ce qui se passait autour d'elle : le va-et-vient des bateaux-mouches et des remorqueurs sur la rivière ; le déchargement des péniches au moyen des grues tournantes qui allongeaient leurs grands bras de fer au-dessus d'elles et prenaient, comme à la main, leur cargaison pour la verser dans des wagons quand c'étaient des pierres, du sable ou du charbon, ou les aligner le long du quai quand c'étaient des barriques ; le mouvement des trains sur le pont du chemin de fer de ceinture dont les arches barraient la vue de Paris qu'on devinait dans une brume noire plutôt qu'on ne le voyait ; enfin près d'elle, sous ses yeux, le travail des employés de l'octroi qui passaient de longues lances à travers les voitures de paille, ou escaladaient les fûts chargés sur les haquets, les perçaient d'un fort coup de foret, recueillaient dans une petite tasse d'argent le vin qui en jaillissait, en dégustaient quelques gouttes qu'ils crachaient aussitôt.

    Comme tout cela était curieux, nouveau ; elle s'y intéressait si bien, que le temps passait, sans qu'elle en eût conscience.

    Déjà un gamin d'une douzaine d'années qui avait tout l'air d'un clown, et appartenait sûrement à une caravane de forains dont les roulottes avaient pris la queue, tournait autour d'elle depuis dix longues minutes, sans qu'elle eût fait attention à lui, lorsqu'il se décida à l'interpeller :

    " V'là un bel âne ! "

    Elle ne dit rien.

    " Est-ce que c'est un âne de notre pays ? Ça m'étonnerait joliment. "

    Elle l'avait regardé, et voyant qu'après tout il avait l'air bon garçon, elle voulut bien répondre :

    " Il vient de Grèce.

    - De Grèce !

    - C'est pour cela qu'il s'appelle Palikare.

    - Ah ! c'est pour cela ! "

    Mais malgré son sourire entendu, il n'était pas du tout certain qu'il eût très bien compris pourquoi un âne qui venait de Grèce pouvait s'appeler Palikare.

    " C'est loin, la Grèce ? demanda-t-il.

    - Très loin.

    - Plus loin que... la Chine ?

    - Non, mais loin, loin.

    - Alors vous venez de la Grèce ?

    - De plus loin encore.

    - De la Chine ?

    - Non ; c'est Palikare qui vient de la Grèce.

    - Est-ce que vous allez à la fête des Invalides ?

    - Non.

    - Ousque vous allez ?

    - À Paris.

    - Ousque vous remiserez votre roulotte ?

    - On nous a dit à Auxerre qu'il y avait des places libres sur les boulevards des fortifications ? "

    Il se donna deux fortes claques sur les cuisses en plongeant de la tête.

    " Les boulevards des fortifications, oh là là là !

    - Il n'y a pas de places ?

    - Si.

    - Eh bien ?

    - Pas pour vous. C'est, voyou les fortifications. Avez-vous des hommes dans votre roulotte, des hommes solides qui n'aient pas peur d'un coup de couteau ? J'entends d'en donner et d'en recevoir.

    - Nous ne sommes que ma mère et moi, et ma mère est malade.

    - Vous tenez à votre âne ?

    - Bien sûr.

    - Eh bien, demain votre âne vous sera volé ; v'là pour commencer, vous verrez le reste ; et ça ne sera pas beau ; c'est Gras Double qui vous le dit.

    - C'est vrai cela ?

    - Pardi, si c'est vrai ; vous n'êtes jamais venue à Paris ?

    - Jamais.

    - Ça se voit ; c'est donc des moules ceux d'Auxerre qui vous ont dit que vous pouviez remiser là ? pourquoi que vous n'allez pas chez Grain de Sel ?

    - Je ne connais pas Grain de Sel.

    - Le propriétaire du Champ Guillot, quoi ! c'est clos de palissades fermées la nuit ; vous n'auriez rien à craindre, on sait que Grain de Sel aurait vite fichu un coup de fusil a ceux qui voudraient entrer la nuit.

    - C'est cher ?

    - L'hiver oui, quand tout le monde rapplique à Paris, mais en ce moment je suis sur qu'il ne vous ferait pas payer plus de quarante sous la semaine, et votre âne trouverait sa nourriture dans le clos, surtout s'il aime les chardons.

    - Je crois bien qu'il les aime !

    - Il sera à son affaire ; et puis Grain de Sel n'est pas un mauvais homme.

    - C'est son nom, Grain de Sel ?

    - On l'appelle comme ça parce qu'il a toujours soif. C'est un ancien biffin qui a gagné gros dans le chiffon, qu'il n'a quitté que quand il s'est fait écraser un bras, parce qu'un seul bras n'est pas commode pour courir les poubelles ; alors il s'est mis à louer son terrain, l'hiver pour remiser les roulottes, l'été à qui il trouve ; avec ça, il a d'autres commerces : il vend des petits chiens de lait.

    - C'est loin d'ici le Champ Guillot ?

    - Non, à Charonne ; mais je parie que vous ne connaissez seulement pas Charonne ?

    - Je ne suis jamais venue à Paris.

    - Eh bien, c'est là. "

    Il étendit le bras devant lui dans la direction du nord.

    " Une fois que vous avez, passé la barrière, vous tournez, tout de suite à droite, et vous suivez le boulevard le long des fortifications pendant une petite demi-heure ; quand vous avez traversé le cours de Vincennes, qui est une large avenue, vous prenez sur la gauche et vous demandez ; tout le monde connaît le Champ Guillot.

    - Je vous remercie ; je vais en parler a maman ; et même, si vous vouliez rester auprès de Palikare deux minutes, je lui en parlerais tout de suite.

    - Je veux bien ; je vas lui demander de m'apprendre le grec.

    - Empêchez-le, je vous prie, de prendre du foin. "

    Perrine entra dans la voiture et répéta à sa mère ce que le jeune clown venait de lui dire.

    " S'il en est ainsi, il n'y a pas à hésiter, il faut aller à Charonne ; mais trouveras-tu ton chemin ? Pense que nous serons dans Paris.

    - Il parait que c'est très facile. "

    Au moment de sortir elle revint près de sa mère et se pencha vers elle :

    " Il y a plusieurs voitures qui ont des bâches, on lit dessus : " Usines de Maraucourt ", et au-dessous le nom : " Vulfran Paindavoine " ; sur les toiles qui couvrent les pièces de vin alignées le long du quai on lit aussi la même inscription.

    - Cela n'a rien d'étonnant.

    - Ce qui est étonnant c'est de voir ces noms si souvent répétés. "


     
     
    PAGE OF 40
     

     
     
    write comments  WRITE COMMENTreviews/comments  
     
     

     
     
    Please SIGN IN to Write a Comment

    Member ID:  
    Password:    


    if you don't have a vm account, go here to REGISTER
     
    TRUYỆN DÀITRUYỆN NGẮNTRUYỆN DỊCHTẬP TRUYỆNTRUYỆN TÌNH CẢMTRUYỆN TRINH THÁMTRUYỆN GIÁN ĐIỆPTRUYỆN KINH DỊTRUYỆN TIẾU LÂM
    TRUYỆN TUỔI TRẺ / HỌC TRÒTRUYỆN TÌNH DỤCTRUYỆN KIẾM HIỆPTRUYỆN DÃ SỬTRUYỆN TRUNG HOATHƠTẠP CHÍPHI HƯ CẤU
    ENGLISH EBOOKSEBOOKS FRANÇAISTRUYỆN KỊCHEBOOKS by MEMBERSTỰ LỰC VĂN ĐOÀNGIẢI THƯỞNG VĂN HỌC TOÀN QUỐC 1954-1975
    GIẢI THƯỞNG NOBEL VĂN HỌCTRUYỆN HAY TIỀN CHIẾNTRUYỆN MIỀN NAM TRƯỚC 1975MỤC LỤC TÁC GIẢ







    Please make a
    donation to help us
    pay for hosting cost
    and keep this
    website free

    Ngày Mới

    Thạch Lam

    1.Thần Mộ (Tru Ma) [16777215]
    2.Vũ Thần [16777215]
    3.Tinh Thần Biến [16777215]
    4.Đại Đường Song Long Truyện [5647086]
    5.Thần Mộ (Tru Ma) [5503055]
    6.Lộc Đỉnh Ký [4640280]
    7.Tiếu Ngạo Giang Hồ [4472185]
    8.Chuyện Xưa Tích Củ [4341547]
    9.Tế Công Hoạt Phật (Tế Điên Hòa Thượng) [3601079]
    10.Lưu Manh Kiếm Khách Tại Dị Thế [2690222]
    11.Phàm Nhân Tu Tiên [2498903]
    12.Xác Chết Loạn Giang Hồ [2301106]
    13.Lục Mạch Thần Kiếm [2011040]
    14.Sẽ Có Thiên Thần Thay Anh Yêu Em [1972367]
    15.Phong Lưu Pháp Sư [1549170]
    16.Hắc Thánh Thần Tiêu [1470579]
    17.Thất Tuyệt Ma Kiếm [1446230]
    18.Bạch Mã Hoàng Tử [1204184]
    19.Lưu Công Kỳ Án [1150867]
    20.Cô Gái Đồ Long [1079006]
    21.Yêu Em Từ Cái Nhìn Đầu Tiên [1062720]
    22.Đàn Chỉ Thần Công [1029113]
    23.Điệu Ru Nước Mắt [1026699]
    24.Ở Chỗ Nhân Gian Không Thể Hiểu [959575]
    25.Quỷ Bảo [922017]
    26.Giang Hồ Thập Ác (Tuyệt Đại Song Kiều) [907872]
    27.Hóa Ra Anh Vẫn Ở Đây [905374]
    28.Đông Chu Liệt Quốc [877168]
    29.Hắc Nho [852343]
    30.Đại Kiếm Sư Truyền Kỳ [843355]
    31.Điệu Sáo Mê Hồn [840312]
    32.Hóa Huyết Thần Công [756222]
    33.Tru Tiên [747898]
    34.Thần Điêu Đại Hiệp [745425]
    35.Đi Với Về Cũng Một Nghĩa Như Nhau [662018]
    36.Anh Có Thích Nước Mỹ Không? [622553]
    37.Bong Bóng Mùa Hè Tập 3 [592526]
    38.Nghịch Thủy Hàn [569524]
    39.Hoàn Hảo [557845]
    40.Chấm Dứt Luân Hồi Em Bước Ra [536922]
    41.Tầm Tần Ký [512237]
    42.Song Nữ Hiệp Hồng Y [456532]
    43.Thiên Đường [452756]
    44.Đạo Ma Nhị Đế [451156]
    45.Xu Xu, Đừng Khóc [439887]
    46.Mưu Trí Thời Tần Hán [434210]
    47.Bát Tiên Đắc Đạo [427625]
    48.Cậu Chó [417418]
    49.If You Are Here [411904]
    50.Võ Lâm Ngũ Bá [408426]
      Copyright © 2002-2017 Viet Messenger. All rights reserved.contact vm